En Mer de Chine Méridionale

La Mer de Chine du Sud, ou Mer de Chine Méridionale, est une mer bordière faisant partie de l’Océan Pacifique. Brunei, le Cambodge, la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, Taiwan, la Thaïlande et enfin le Vietnam en sont les pays riverains. Ses 3 500 000 kilomètres carrés de superficie abritent de nombreux archipels et îlots. L’archipel de Seribuat est à l’extrême Ouest. Ici, La profondeur n’y dépasse que rarement les 40 mètres.

Tioman vue de l'ouest
Photo de Tioman vu de l’ouest

Tioman baigne dans une eau à plus de 27° Celsius. La salinité y est légèrement plus importante que la moyenne des océans. Les marées ont de petits indices, avec des variations allant de quelques centimètres à trois mètres. N’ayant jamais de vent ou de courants très forts, la navigation et les activités aquatiques n’y présentent pas de dangers particuliers.

Traditionnelle à Tioman, la pêche a été longtemps la seule ressource. Des filets ronds jetés à partir de la grève dans les eaux peu profondes et de petites barques pour la pêche à la ligne sont les techniques utilisées depuis des siècles dans cette région. Depuis l’avènement des moteurs à pétrole, les pêcheurs d’aujourd’hui viennent de la péninsule malaise, du Vietnam et de Thaïlande. Pour la plupart, ils utilisent de petites unités d’une vingtaine de mètres, fabriquées à Kuala Terrenganu, dans le Nord de la Malaisie. Ce sont de superbes bateaux, des boutres, solides et typiques. Leurs équipages, une dizaine d’hommes, aiment s’arrêter à Tioman pour y vendre leurs plus belles prises.

Visite en Boutre

Depuis 1985, Pulau Tioman, au même titre que 21 autres îles de Malaisie, est classée Parc National, et sanctuaire marin. La pêche, le jet ski, le ski nautique, nourrir les poissons et la collecte des coquillages et des coraux y sont interdits dans la limite des deux miles nautiques. C’est donc tout naturellement que la plongée en scaphandre et en apnée sont devenus les sports les plus pratiqués. Les conditions de vie du corail et des poissons sont idéales : ensoleillement, courant, température moyenne de l’eau, profondeur. Chaque bout de rocher est l’habitat d’une faune dense et colorée. 

Juste à quelques mètres de la plage, les récifs d’Acroporas, de Montiporas, de Pocillopora et autres exposent leurs exosquelettes colorés. Ils sont l’abri de dizaines d’espèces de poissons tropicaux. 

Passage à Fan Canyon
Fan Canyon, abondance de vie

A Tioman, Toutes les plongées sont belles. Les conditions de visibilité, de courant, mais aussi la qualité des plongeurs de la palanquée et les espèces rencontrées sont les ingrédients qui donnent la sensation de plus ou moins bonne plongée. Après quelques visites répétées sur les différents sites, il devient alors possible d’élire les sites où la vie et les paysages sont les plus fantastiques. A Tioman, les plus belles plongées se situent au large, dans le Nord de l’île. La préférée : Magicienne Rock. C’est l’une des plongées les plus difficiles à organiser. D’abord parce qu’il faut de très bonnes conditions climatiques et qu’ensuite, elle n’est pas à la portée de tous les plongeurs. Magicienne Rock est un récif situé au milieu de nulle part, au Nord de Tioman et à l’Est de Tulaï. Si les conditions sont bonnes, on le voit parfaitement de la surface, dès que l’on arrive dessus. Le courant y est souvent fort, et au fond, il tourne autour du pinacle principal. On retrouve les mêmes espèces que sur les autres récifs, mais ici, tout y est plus gros, plus nombreux. C’est l’un des trois sites les moins visités, car sans GPS et sonar sous-marin, il est dur de le trouver. Comme l’environnement n’y est pas dérangé, la vie explose sur ce récif. Les couleurs sont extraordinaires et les poissons ne sont pas farouches.

Acropora

Tiger Reef, Labas et Chebeh font aussi partis des plus belles plongées. Pulau Labas est un îlot composé de gros blocs de pierres, au Nord-Ouest de Tioman. Sous les rochers, une foison de petits tunnels et passages donne une sensation extraordinaire. La vie y est aussi très intense. Dans la zone extrême Est de l’îlot, un somptueux récif de coraux mous s’épanouie jusqu’à une profondeur de 22 mètres. L’un de ces récifs a une particularité peu banale : les différentes espèces de corail y ont toute la même couleur bleue turquoise. Tiger Reef et Pulau Chebeh ne sont pas en reste. Le premier se situe à l’Ouest de Labas et semble en être la continuité géologique. Ce sec est un récif de coraux mous et de gorgones. Il s’étend sur une surface de mille mètres carrés. La mise à l’eau se fait sur le point le plus haut des roches submergées. Après être passé sous une arche naturelle, le récif s’offre au plongeur, avec des couleurs roses, vertes, bleues et violettes. Les poissons y sont nombreux aussi, avec la visite fréquente de pélagiques : carangues, maquereaux, thons, raies manta, requins baleine, dauphins… Tandis que Pulau Chebeh, tout au Nord de Pulau Tulaï, est une île entourée de récifs et de tombants. On y plonge sur des pinacles, sous des passages rocheux et dans une eau poissonneuse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.