Le Corail : un Animal Extraordinaire

Ils vivent seuls ou en colonies, construisent de véritables villes, avec des formes, des couleurs différentes. Il en existe à toutes les profondeurs de quelques centimètres à 7000 mètres ! On les classe en 4 grandes familles (Le Corallium ou coraux rouges – 25 espèces ; 1300 espèces de coraux durs – Paracorallium ; 235 espèces de coraux noirs – Antipatharia et les Hélioporas).

Individuellement, cet animal est un polype (famille dans laquelle nous trouvons aussi les pieuvres et les méduses !). Rond, leur bouche est entourée de tentacules dotés de cellules urticantes, les nématocystes. Ce sont des armes redoutables, à l’échelle planctonique !

Il y a les coraux durs – corail hermatypique, qui construisent un squelette, et les coraux mous – corail ahermatypique.

Quand on parle corail dur, on doit évoquer son principal associé ! Une algue : la zooxanthelle. Le polype et l’algue ont une relation symbiotique pour réaliser la photosynthèse avec la lumière du soleil. Le corail secrète, par une couche de peau (Calicoblaste) le carbonate de calcium qui constitue son squelette, l’aragonite. L’aragonite se compose de carbonate de calcium, de strontium et de magnésium. L’orifice dans lequel vit le polype s’appelle le Septe. La forme et la dentelure du Septe varie en fonction des espèces.

Les 200 espèces de coraux mous n’ont pas de zooxanthelle. Ce sont les coraux les mieux adaptés et répartis, puisqu’on en trouve même dans les eaux froides des pôles, loin de la lumière du soleil et à des profondeurs importantes.

Tioman Lovers invite ses plongeurs à respecter les règles suivantes : Sous l’eau, je ne laisse que des bulles, je ne prends que des photos, je ne touche que mon équipement. Je ne fume pas en mer et n’y jette rien. Je récolte les déchets trouvés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.