Nudibranches : Joyaux des Récifs

hypselodoris Bleue

Ce n’est pas un hasard si les nudibranches sont aussi appelés Joyaux des Récifs. Proches parents des limaces et privés de coquille protectrice, ces gastéropodes disposent de systèmes de défense sophistiqués. D’ailleurs, leur livrée « aposématique » (riche en couleur) est un avertissement à leurs potentiels prédateurs. De formes variées et de couleurs inégalées, tous les nudibranches ont en commun un pied musculaire pour se déplacer, une langue très abrasive (la radula), une paire de tentacules sensoriels sur la tête (les rhinophores) et pour presque tous, un appareil respiratoire externe sur la face dorsale, complètement exposé. La taille des nudibranches est variable : de quelques millimètres à plus de 30 centimètres (les plus gros sont les Hexabranchus).

Ce sont des mollusques prédateurs et carnivores. L’arme de défense contre leurs ennemis est la sécrétion de toxines et d’acides. Certains absorbent les substances toxiques produites par leurs proies habituelles (hydroïdes ou anémones de mer) pour les transformer en armes défensives. Leurs pires ennemis appartiennent à la même famille, car beaucoup sont « cannibales ».

Ces petites merveilles présentent des organes sexuels masculins et féminins. Ils sont hermaphrodites et peuvent s’accoupler avec n’importe quel individu de leur espèce. Leurs œufs sont posés en de délicates guirlandes multicolores qui font penser à des fleurs.

On observe les nudibranches dans la journée, plus particulièrement dans les zones récifales riches en éponges. C’est dans la zone Indo-Pacifique qu’il y en a le plus, et Tioman Island est particulièrement gâtée.